Un jour de flânerie dans la rue Montmartre, je passe devant une devanture, celle de la boutique 58m en l’occurrence (où vous trouverez plein de jolies chaussures et de somptueux sacs), et je tombe nez à nez avec… ça.

Ça, ce sont ces sandales vertes irisées… elles m’interpellent, elles me questionnent, je ne sais pas au premier abord si je les aime ou pas, mais en tout cas elles me font de l’effet les polissonnes…

Je me contorsionne devant la vitrine pour essayer de voir de quelle marque il s’agit, désespérément, je n’ arrive pas à saisir le nom de la marque, et j’avoue je n’avais pas envie d’entrer dans la boutique, alors je les prends en photo, je poste sur mon Instagram, et je reprends une activité cérébrale normale.

Sauf que voilà, le poison vert irisé a envahi mes veines et engourdi mon cerveau. Ces sandales vertes ont colonisé ma force mentale.

J’ai tout de même résisté quelques jours, en me disant que je les mettrai bien au printemps, qu’elles me faisaient penser à des Free Lance que j’avais il y a 15 ans, que ce vert irisé était beau comme un pré verdoyant, et puis, à bout de réflexion philosophique sur ce sujet, ni tenant plus,  je suis allée voir le site de 58m, et là, contemplation totale : ô splendeurs comme vous êtes magnifiques ! Des Martin Margiela. C’est donc ça…

C’est donc à cause de ce créateur qu’à présent, j’ai une envie maladive de sandales vertes irisés (car sinon, comment peut on avoir de telles envies ??).

Le prix d’une telle maladie ? 670 euros, non remboursés par la sécu… je vais donc demander mon affectation au statut de malade ayant une Affection Longue Durée…

 

+++++

58m

+++++

 

sandales-vertes-martin-margiela-01

sandales-premieres-martin-margiela-02

sandales-vertes-martin-margiela-02